Pierre Renaud dit Canard: Entrepreneur et Maître-Maçon. Pierre Renaud dit Canard, Building Contractor and Master-Mason

 

Maison a gauche

 

Pierre Renaud dit Canard, (Reno, Renault) Entrepreneur et Maître-Maçon

par Robert Bérubé

The English version follows the French one.

Pour les intéressées et intéressés, je vous encourage à vous inscrire à mon site Facebook! https://www.facebook.com/groups/394084010943300/

 

Dans notre histoire, plusieurs de nos ancêtres ont été oubliés et on ne reconnaît pas leurs talents et leurs contributions à la société du temps qui deviendra notre histoire!

Pierre Renaud dit Canard est né le 3 octobre 1699 à Gros Pin faisant partie aujourd’hui de la ville de Charlesbourg. Il a été baptisé le même jour à Saint Charles de Charlesbourg. Il est le fils de Michel Renaud dit Canard et de Marie Renée Réaume.

Le 21 février 1729, à l’Ange Gardien, il épousa Marie Catherine Gariépy, fille de Louis Gariépy et de Catherine Aubert. Marie Catherine est née et a été baptisée le 4 février 1705, à l’Ange-Gardien.

Les ancêtres de Pierre Renaud dit Canard en Nouvelle France sont les personnes nommées ci-dessous. Les caractères en gras indiquent les noms des migrants.

Mathurin Renaud 1

Gabrielle Routy

François Pelletier

Michelle Lachalle*

Jean Réaume

Marie Chevalier

François Chevreau **

Antoinette Thalu ***

Mathurin 2 Renaud

Marie Pelletier

René Réaume

Marie Chevreau

Michel Renaud dit Canard

Marie Renée Réaume

Pierre Renaud dit Canard

* aussi nommée Chaslier ** aussi nommé Catherin *** aussi nommée Étiennette Jallu

Pierre Renaud dit Canard et Marie Catherine Gariépy sont parents des enfants suivants:

Nom Naissance Mariage Décès Conjoint(e)
Pierre 28 novembre 1729 Québec 1 septembre 1730 Québec
Pierre Simon 12 février 1731 Québec 26 janvier 1808 Beauport Prêtre : ordonné le 30 mars 1754
Louis 17 décembre 1732 Québec 22 mai 1733 Québec
Marie Louise 19 juin 1734 Québec 14 juillet 1735 Québec
Madeleine Marguerite 27 septembre 1736 Québec
Marie Marguerite 10 avril 1738 Québec 15 février 1762 Beauport 1 janvier 1781 Louiseville Jean Baptiste Desjarlais
Marie Angélique 21 février 1740 Québec 21 novembre 1763 Charlesbourg 22 août 1824?? Alexis Leclerc
Marie Jeanne 14 août 1741 Québec 16 janvier 1765 Beauport 29 avril 1824 Charlesbourg Raphaël Giroux
Marie Josephe 14 octobre 1745 Québec 27 février 1775 Charlesbourg 24 mars 1825 Charlesbourg Jean Marie Renaud Canard
Marie Charlotte 6 juin 1749 Québec

Pierre Renaud dit Canard est un entrepreneur et un maître-maçon. En 1729, il dirige la construction, la réfection et la finition de nombreux édifices de la ville de Québec. Deux de ses oeuvres les plus connues sont l’église de Cap-Santé et une maison bâtie, en 1752, pour le marchand Jean-Baptiste Chevalier à Québec. Il a aussi construit le moulin à vent de l’Hôpital-Général-de-Québec.

Le moulin à vent:

En 1709, les religieuses font ériger un premier moulin à vent en bois. En 1730, après avoir constaté le mauvais état de la structure en bois, elles décident de la remplacer par une tour en pierre. La maçonnerie est réalisée par Pierre Renault et la menuiserie, par Joseph Arnois. Les travaux sont terminés avant 1731. Le moulin à vent de l’Hôpital-Général-de-Québec est représentatif du moulin-tour, et ce qui le distingue est une tour massive en maçonnerie de pierre capuchonnée d’un toit conique et incorporant trois niveaux. Ce modèle est le plus répandu en Nouvelle-France.

Il y avait 18 moulins de ce genre construits à Québec, celui-ci est le seul ayant survécu!

rpcq_bien_92862_10742

Marie-Claude Côté 2003 Ministère de la Culture et de Communications

Selon madame Raymonde Gauthier, auteure de la biographie de notre ancêtre dans le “Dictionnaire biographique du Canada”, Pierre Renaud, dit Canard, “appartient à la seconde génération de maçons formée en Nouvelle-France qui se distingua de leurs prédécesseurs par leur faculté d’adapter leur technique aux ressources et au climat du pays. Au XVIIIe siècle, l’industrie de la construction n’était pas des plus florissantes à Québec et les grands entrepreneurs ne pouvaient pas y être très nombreux.”

Maison Chevalier:

En 1676, suite à l’incendie qui ravage la basse-ville, Jean Soullard reconstruit sa maison. Dans les années 1720, une partie de la résidence devient une auberge. L’édifice sert ensuite aux activités commerciales de François-Étienne Cugnet, qui l’a acheté en 1735. L’édifice est en ruine lorsque Jean-Baptiste Chevalier, l’achète en 1752. Situé près des chantiers navals de la ville de Québec, il le remplace par une nouvelle résidence érigée par l’entrepreneur Pierre Renaud dit Canard. Pierre construisit une maison en pierres qui consiste de deux étages et s’ouvrait, à l’origine, sur la rue du Cul-de-Sac. La maison est achevée en 1753! Elle est saccagée lors du siège de Québec en 1759. L’entrepreneur Pierre Delestre dit Beaujour assisté du menuisier Charles Coignac et du charpentier Jean Jeanson, la restaurent après la Conquête. Achevée en 1762, la demeure accueille comme auparavant le magasin et l’entrepôt de Chevalier ainsi que des logements. Cette oeuvre de construction est aujourd’hui accolée aux deux maisons voisines, et l’ensemble est connu sous le nom de maison Chevalier.

MCQ_Maquette_Maison_Chevalier

Maquette de Michel Bergeron et Danielle Gosselin; Idra Labrie, photo; Vianney Guindon, plan: Musée de la Civilisation

02 2096e9f04a7754a90fbda89358d53d93 rpcq_bien_92635_9644
 1865 James George Parks: Musée McCord  Gérard Morisset 1954 Archives du Québec Jean-François Rodrigue  2006: Ministère de la Culture et des Communications

 

 800px-Québec-Maison_Chevalier  2096e9f04a7754a90fbda89358d53d93  rpcq_bien_92635_9648
 Gilbert Bochenek Gérard Morisset et Luc Noppen 1954: Archives du Québec Jean-François Rodrigue  2006: Ministère de la Culture et des Communications

L’Église Sainte-Famille de Cap-Santé:

GOOD 1

1806 Dessin de Sempronius Stretton : Archives publiques du Canada

L’église de Sainte-Famille, un sanctuaire catholique du rite latin a été construit de 1754 à 1767. L’édifice est inscrit au Registre du patrimoine culturel du Québec et est classé comme immeuble patrimonial. La fiche du site donne la description suivante: “D’un volume imposant, l’édifice en pierre aux murs élevés présente un plan en croix latine composé d’une nef à un vaisseau, d’un transept et d’un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle. Sa façade monumentale, flanquée de deux tours surmontées de clochers, est animée d’une grande porte, de trois oculus et de trois niches aménagées dans le pignon. La sacristie est greffée à l’abside dans le prolongement du choeur. De plan rectangulaire et à un étage et demi, elle est coiffée, à l’instar de l’église, d’un toit à deux versants légèrement retroussé. L’église fait partie d’un ensemble religieux comprenant notamment un cimetière et un presbytère. Érigée au coeur du noyau ancien de la ville de Cap-Santé, elle s’élève sur une terrasse à proximité du fleuve Saint-Laurent”.

CAP 3b CAP 3c cap_sante_17783 CAP 4a cap_sante_1842_bartlett_print CAP 4b ap_sante_1842_bartlett_print8
1778 Cap Santé Archives Canada  1778 église  Cap Santé 1842 Bartlett Archives Canada  1842 église

Si vous voulez repérer les textes concernant la valeur patrimoniale, les éléments caractéristiques de l’édifice, les informations historiques, l’emplacement et des références concernant ce monument imposant de la Nouvelle-France veuillez vous référer au site suivant: http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92698&type=bien#.WYj7pLpFzIV

Malheureusement, nulle part dans les textes de Patrimoine Culturel qui parlent de l’église, allez-vous trouver le nom de notre ancêtre Pierre Renaud dit Canard, comme maçon ou entrepreneur du bâtiment! Dans la section des personnes associées on retrouve 13 personnes et le groupe Hobbs Manufacturing! Si ce n’était pas de l’écrit de madame Raymonde Gauthier notre ancêtre aurait été relégué à l’oubli! Pour être juste envers les auteurs du Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec, ils ont une biographie de Pierre Renaud dit Canard, dans lequel l’église est mentionnée mais il n’y a pas de liens avec le site sur l’église! http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=7912&type=pge#.WYs5fLpFzIU

CAP 5b cap_sante_133 CAP 5ccap_sante_12 CAP 5dd 2003-03-010-08-01
 Carte postale  Pierre Lahoud 2004 Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003
rpcq_bien_92698_9963 2003-03-010-04-02 rpcq_bien_99151_15252 l-eglise-sainte-famille8
Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003 Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003

Pour confirmer les informations du Dictionnaire Biographique du Canada, je me suis référé au livre: “Histoire du Cap-Santé depuis la fondation de cette paroisse jusqu’à 1830” par l’abbé Félix Gatien. Ce qui est intéressant à apprendre c’est que Pierre Renaud dit Canard a commencé la construction de l’église et de la sacristie sans contrat écrit. Le sept juin 1756, M. Fillion, curé de la paroisse et Pierre Renaud, maçon et entrepreneur de l’église, rédigent un contrat écrit: “pour assurer et confirmer les conditions de ce qui n’avait d’abord été fait que verbalement entre le susdit M. Fillion et le susdit Renaud, au sujet de l’église commencée, et ce, pour plus grande sûreté tant d’une part que de l’autre, et pour éviter tout différend dans la suite.”

Pierre Renaud s’oblige à “bâtir solidement l’église, et répond de la solidité, moyennant la somme de douze livres, la livre de vingt sols, la toise courante, c’est-à-dire mise dans son épaisseur, devant toiser le vide comme le plein, compris dans cette somme de douze livres les crépis et les enduits. Le dit maître Renaud s’oblige de parachever ce bâtiment commencé, le plus tôt qu’il sera possible, suivant que les circonstances le requerront”.

M. Fillion, de son côté, s’oblige “à lui fournir sur les lieux tous les matériaux nécessaires, les manœuvres dont il aura besoin pour ne point perdre de temps; il s’oblige à faire tous ses efforts pour que la bâtisse ne traîne pas en longueur, ce qui nuirait à la solidité des murs ; enfui M. Fillion promet de faire achever ladite bâtisse dans l’année 1758, à moins d’en être empêché par quelques causes majeures; de payer l’ouvrier au fur et à mesure que l’ouvrage avancera, et de faire le parfait paiement de tout l’ouvrage, l’année qui suivra son achèvement”.

Il est évident que Filion voulait voir l’église terminée en dedans de quatre ans. La construction a été terminée en 1767.

Le 17 mai 1763, Pierre Renaud, maçon et entrepreneur de l’église, signe un nouveau document dans lequel est rédigé le suivant: “vu les circonstances qui ont retardé la bâtisse de l’église il consent que M. Fillion fasse continuer son église par qui bon lui semblera, à condition que lorsque l’ouvrage sera terminé, le toisage de la partie faite par lui étant fait, cette partie lui sera payée selon son marché, déduction faite du prix des crépis et enduits”.

Lorsque Pierre signa ce document les “longs-pans, le rond-point et la sacristie étaient faits; le comble était posé sur les murs, mais non couvert; le rond-point seul était couvert en planches et en bardeaux, et supportait déjà le clocher”. Il semblerait que le prix de la toise de maçonnerie avait augmenté ce qui occasionna l’abandon de la fin du projet par Renaud dit Canard.

En 1763, il ne restait que le portail et les tours à faire. Le maître-maçon, Décarreau termina les ouvrages. Nous pouvons conclure que Pierre Renaud dit Canard avait accompli le plus gros du projet et devrait être reconnu pour cela.

eglise-sainte-famille-cap-sante-photo  2003-03-010-32-01  2003-03-010-37-02 2003-03-010-49-01
 Québec Original Cap-Santé  Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003  Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003  Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003

Les circonstances qui avaient retardé le projet étaient: le manque d’argent, la guerre de la Conquête car les habitants avaient été appelé aux armes, la construction du fort Jacques-Cartier, le siège et la prise de Québec, l’invasion du pays par l’ennemi, les craintes, les incertitudes sur l’état futur des choses jusqu’à la paix, et la cession du pays en 1763 et finalement, la famine causée par les ravages des sauterelles, l’année même du siège.

Pierre Renaud dit Canard est décédé le 14 juin 1774 et il a été enterré le lendemain à Charlesbourg. Son épouse Marie Catherine Gariépy est décédée le 25 novembre 1783 à l’Hôpital Général de Québec et elle a été enterrée le 27.

Il laisse à ses héritiers trois terrains dans la ville de Québec, où il avait habité quelques années, en plus de ses terres au Gros-Pin (Charlesbourg).

Voici la ligne de descendance de Pierre à moi:

Pierre Renaud dit Canard (1699-1774)

Marguerite Renaud dit Canard (1738-1781)

Josephte Desjarlais (1766-1838)

Joseph Lesage (1787-1864)

Sophie Lesage (1815-1892)

Julie Lamy (1849-1906)

Olive Paquin (1876-1925)

Lucienda Fréchette (1899-1969)

Eugène Bérubé (1926-1992)

Robert Bérubé

Un petit mot pour vous REMERCIER de lire mes textes! Pour ceux et celles qui m’encouragent, je vous remercie du plus profond du coeur! Je ne suis ni écrivain, ni historien! Je raconte des histoires! Je tente de les rendre aussi justes que possible par mes recherches. Cependant, il peut y avoir des erreurs. Certaines personnes m’ont fait remarquer diverses coquilles en privé et même publiquement et j’ai eu la chance de corriger les histoires pour les rendre plus congruentes. Je suis reconnaissant envers ces gens. Je remercie aussi les individus qui me demandent la permission avant de partager, copier, et répéter mes textes.

Pour les intéressées et intéressés, je vous encourage à vous inscrire à mon site Facebook! https://www.facebook.com/groups/394084010943300/

 

Maison a gauche

Pierre Renaud dit Canard, (Reno, Renault) Building Contractor and Master-Mason

by Robert Bérubé

For those  of you interested in receiving my stories automatically, I encourage you to subscribe to my Facebook site at    

 https://www.facebook.com/groups/394084010943300/

 

In our family history, many of our ancestors have been forgotten and we do not recognize their talents and their contributions to the society of their time, which becomes our history!

Pierre Renaud dit Canard was born on October 3, 1699 in Gros Pin, today part of the city of Charlesbourg. He was baptized the same day at Saint Charles de Charlesbourg. He is the son of Michel Renaud dit Canard and Marie Renée Réaume.

On February 21, 1729, at  l’Ange Gardien, he married Marie Catherine Gariépy, daughter of Louis Gariépy and Catherine Aubert. Marie Catherine was born and was baptized on February 4, 1705, at l’Ange-Gardien.

The ancestors of Pierre Renaud dit Canard in New France are the persons named below. The characters in bold indicate the names of the migrants.

Mathurin 1 Renaud

Gabrielle Routy

François Pelletier

Michelle Lachalle*

Jean Réaume

Marie Chevalier

François Chevreau **

Antoinette Thalu ***

Mathurin 2 Renaud

Marie Pelletier

René Réaume

Marie Chevreau

Michel Renaud dit Canard

Marie Renée Réaume

Pierre Renaud dit Canard

* also named Chaslier ** also named Catherin *** also named Étiennette Jallu

Pierre Renaud dit Canard and Marie Catherine Gariépy are parents of the following children:

Name Birth Marriage Death Spouse
Pierre 28 nov. 1729 Québec 1 sept. 1730 Québec
Pierre Simon 12 february 1731 Québec 26 jan. 1808 Beauport Priest : ordained  march 30, 1754
Louis 17 dec. 1732 Québec 22 may 1733 Québec
Marie Louise 19 june 1734 Québec 14 july 1735 Québec
Madeleine Marguerite 27 sept. 1736 Québec
Marie Marguerite 10 april 1738 Québec 15 february 1762 Beauport 1 jan. 1781 Louiseville Jean Baptiste Desjarlais
Marie Angélique 21 february 1740 Québec 21 nov. 1763 Charlesbourg 22 aug.1824?? Alexis Leclerc
Marie Jeanne 14 aug. 1741 Québec 16 jan. 1765 Beauport 29 april 1824 Charlesbourg Raphaël Giroux
Marie Josephe 14 oct. 1745 Québec 27 feb. 1775 Charlesbourg 24 march 1825 Charlesbourg Jean Marie Renaud Canard
Marie Charlotte 6 june 1749 Québec

Pierre Renaud dit Canard is an entrepreneur and a master-mason. In 1729, he directed the construction, restoration and finishing of numerous buildings in Québec City. Two of his best known works are the church of Cap-Santé and a house built in 1752 for the merchant Jean-Baptiste Chevalier in Québec. He also built the windmill at Hôpital-Général-de-Québec.

The windmill:

In 1709, the nuns set up a first wooden windmill. In 1730, because of the poor condition of the wooden structure, they decided to replace it with a stone tower. The masonry is made by Pierre Renault and the carpentry, by Joseph Arnois. The work was completed before 1731. The windmill of the Hôpital-Général-de-Québec is a good representation of what is called a mill-tower. What distinguishes it is a massive stone masonry tower hooded with a conical roof and incorporating three levels. This model was widespread in New France.

There were 18 such mills built in Québec, and this is the only surviving one!

rpcq_bien_92862_10742

Marie-Claude Côté 2003 Ministère de la Culture et de Communications

According to Raymonde Gauthier, author of the biography of our ancestor in the “Dictionary of Canadian Biography”, Pierre Renaud dit Canard, “belongs to the second generation of masons formed in New France who distinguished themselves from their predecessors by their faculty to adapt their technique to the country’s resources and climate. In the eighteenth century, the construction industry was not the most prosperous in Québec City and the great entrepreneurs could not be very numerous”.

Maison Chevalier:

In 1676, following the fire that ravaged the lower town of Québec City, Jean Soullard rebuilt his house. In the 1720s, part of the residence became an inn. The building was then used for the commercial activities of François-Étienne Cugnet, who bought it in 1735. The building was in ruins when Jean-Baptiste Chevalier bought it in 1752. Located near the shipyards of Québec City, he replaces it with a new residence erected by the entrepreneur Pierre Renaud dit Canard. Pierre built a stone house consisting of two floors and originally opened on the Rue du Cul-de-Sac. The house was completed in 1753! It was sacked during the siege of Québec in 1759. Entrepreneur Pierre Delestre dit Beaujour assisted by carpenter Charles Coignac and carpenter Jean Jeanson, restored it after the Conquest. Completed in 1762, the house as it did before, housed the store and the warehouse of Chevalier as well as housing. This work of construction is nowadays contiguous to the two neighboring houses, and the whole series of buildings is known under the name of Maison Chevalier. (house)

MCQ_Maquette_Maison_Chevalier

Maquette de Michel Bergeron et Danielle Gosselin; Idra Labrie Photo Vianney Guindon, plan Musée de la Civilisation

02 2096e9f04a7754a90fbda89358d53d93 rpcq_bien_92635_9644
 1865 James George Parks: Musée McCord  Gérard Morisset 1954 Archives du Québec Jean-François Rodrigue  2006 Ministère de la Culture et des Communications

 

 800px-Québec-Maison_Chevalier  2096e9f04a7754a90fbda89358d53d93  rpcq_bien_92635_9648
 Gilbert Bochenek  Gérard Morisset et Luc Noppen 1954 Archives du Québec Jean-François Rodrigue  2006 Ministère de la Culture et des Communications

L’Église Sainte-Famille de Cap-Santé: (The Holy Family Church)

GOOD 1

1806 Drawing by Sempronius Stretton: Archives publiques du Canada

Église Sainte-Famille (Church), a Catholic sanctuary of the Latin rite, was built from 1754 to 1767. The building is registered in the Québec Cultural Heritage Register and is classified as a heritage building. The site description gives the following description: “The imposing volume of the stone building with its high walls has a Latin cross plan consisting of a nave to a ship, a transept and a narrower choir is finished with a semicircular apse. Its monumental facade, flanked by two towers surmounted by steeples, is “animated” by a large door, three oculus and three niches arranged in the gable. The sacristy is grafted to the apse in the continuation of the choir. It is rectangular and one and a half storeys high and, like the church, has a roof with two sides slightly turned up. The church is part of a religious complex, including a cemetery and a rectory. Erected in the heart of the ancient nucleus of the city of Cap-Santé, it rises on a terrace near the St. Lawrence River “.

CAP 3b CAP 3c cap_sante_17783 CAP 4a cap_sante_1842_bartlett_print CAP 4b ap_sante_1842_bartlett_print8
1778 Cap Santé Archives Canada  1778 Church  Cap Santé 1842 Bartlett Archives Canada  1842 Church

If you want to locate the texts concerning the heritage value, the characteristic features of the building, the historical information, the location and references for this imposing monument of New France, please refer to the following site: http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?

CAP 5b cap_sante_133 CAP 5ccap_sante_12 CAP 5dd 2003-03-010-08-01
 Carte postale  Pierre Lahoud 2004 Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003
rpcq_bien_92698_9963 2003-03-010-04-02 rpcq_bien_99151_15252 l-eglise-sainte-famille8
Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003 Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003

Unfortunately, nowhere in the Cultural Heritage texts that speak of the church, will you find the name of our ancestor Pierre Renaud dit Canard, as a mason or as the building contractor! In the “associates” section there are 13 people and the Hobbs Manufacturing that are mentionned! If it were not for the writings of Madame Raymonde Gauthier, our ancestor would have been relegated to oblivion! To be fair to the authors of the Directory of Cultural Heritage of Québec, they have a biography of Pierre Renaud dit Canard, in which the church is mentioned but there are no links to the site regarding the church! http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=7912&type=pge#.WYkq6LpFzIV

To confirm the information in the “Dictionary of Canadian Biography”, I referred to the book “History of Cape-Santé since the founding of this parish until 1830” by Father Félix Gatien. What is interesting to learn is that Pierre Renaud dit Canard began building the church and the sacristy without a written contract. On June 7, 1756, Mr. Fillion, pastor of the parish and Pierre Renaud, a mason and the contractor of the church, wrote a written contract: “to ensure and confirm the conditions of what was initially done only verbally, between the aforesaid Mr. Fillion and the aforesaid Renaud, concerning the church already begun, and this for greater security both on one hand and the other, and to avoid any dispute thereafter. “

Pierre Renaud binds himself “to build the church solidly, and to answer for solidity, by means of the sum of twelve pounds, the pound of twenty sols, the current toe, that is to say put in its thickness, to toiser the void as full, included in this sum of twelve pounds the plasters. The said master Renaud is obliged to complete this building which has begun, as soon as possible, as circumstances require. “

M. Fillion, on his part, is obliged “to furnish him on the spot with all the necessary materials, the maneuvers that he will need, in order not to waste time; he is obliged to make every effort to ensure that the building does not drag along, which would be detrimental to the solidity of the walls; Mr. Fillion promised to have the said building completed in the year 1758, unless prevented by some major causes; to pay the laborer as the work progresses, and to make the full payment of the whole work in the year following its completion. “

It is evident that the priest Filion wanted to see the church completed within four years. The church was completed in 1767.

On May 17, 1763, Pierre Renaud, a mason and contractor of the church, signs a new document in which the following is written: “considering the circumstances that delayed the building of the church, he agrees that Mr. Fillion (priest) will continue the construction of his church by whom he wants, provided that when the work is done the portion of the part made by him (Renaud)  shall be paid, according to the market, after deduction of the price of plaster and mortar. “

When Pierre signed this document, the long sections, the roundabout and the sacristy were made. The roof was laid on the walls, but not covered. The roundabout alone was covered with planks and shingles, and already supported the bell-tower. It would seem that the price of the masonry tower had increased, which caused the end of the project to be abandoned by Renaud dit Canard.

In 1763, only the gate and towers were left. The master-mason Decarreau finished the works. We can conclude that Pierre Renaud dit Canard had accomplished most of the project and he should be recognized for it.

eglise-sainte-famille-cap-sante-photo  2003-03-010-32-01  2003-03-010-37-02 2003-03-010-49-01
 Québec Original Cap-Santé  Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003  Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003  Conseil du patrimoine religieux du Québec 2003

The circumstances which had delayed the project were: lack of money, the war of the Conquest, for the inhabitants had been called to arms, the construction of Fort Jacques-Cartier, the siege and capture of Québec, the invasion of the country by the enemy, fears, uncertainties about the future state of affairs until peace, and the cession of the country in 1763, and finally the famine caused by the devastation of locusts in the year of the siege itself.

Pierre Renaud dit Canard died on June 14, 1774 and was buried the next day in Charlesbourg. His wife Marie Catherine Gariépy died on November 25, 1783 at the Hôpital Général de Québec and she was buried on the 27th.

He left to his heirs three lots in the city of Québec, where he had lived a few years, in addition to his land at Gros-Pin (Charlesbourg).

Here are Pierre Renaud’s descendants down to me:

Pierre Renaud dit Canard (1699-1774)

Marguerite Renaud dit Canard (1738-1781)

Josephte Desjarlais (1766-1838)

Joseph Lesage (1787-1864)

Sophie Lesage (1815-1892)

Julie Lamy (1849-1906)

Olive Paquin (1876-1925)

Lucienda Fréchette (1899-1969)

Eugène Bérubé (1926-1992)

Robert Bérubé

For those  of you interested in receiving my stories automatically, I encourage you to subscribe to my Facebook site at      

https://www.facebook.com/groups/394084010943300/

A word to THANK all of YOU for reading my texts! For those of you who take the time to encourage me, I thank you from the bottom of my heart! I am neither a writer nor an historian! I tell stories! I try to make them as accurate as possible by doing a lot of research. However, there are sometimes errors.
Some people have pointed out to me some mistakes in private and even publicly, and I have had the chance to correct the texts to make them more accurate. I thank those individuals who took the time to help me out. I also thank the persons who ask me for permission before sharing, copying, and repeating my texts

 

Advertisements

2 thoughts on “Pierre Renaud dit Canard: Entrepreneur et Maître-Maçon. Pierre Renaud dit Canard, Building Contractor and Master-Mason

  1. Hi,
    I have ancestors by the name Bérubé: Damien (1647-1688) married to Jeanne Savonnet, Ignace (1683-1709) married Angélique-Marguerite Ouellet, Mathurin (1688-1741) married Marie-Angélique Miville and André (1711-1793) married Marie-Josèphe Vézina. Are we cousins?

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s